PinCab à partir d’un Gottlieb 1968 – tribulations

PinCab à partir d’un Gottlieb 1968 – tribulations

De pas finir mes projets est assez courant, du coup, j’essaye de faire une publication pour éviter de sentir que je n’ai pas du tout avancé. Et puis les échecs, c’est là pour faire réfléchir et apprendre non?

Épisodes précédents de la saga sur mon flipper : réparation initiale, bidouillages avec un videoprojecteur, réparations supplémentaires.

Ici on va parler de tribulations (mésaventures, épreuves) autour de ce projet. Un pincab est la contraction de pinball et cabinet, ce qui consiste à avoir un flipper logiciel (affiché sur des écrans) piloté dans un objet qui est plus proche d’un flipper que d’un ordinateur.

🔥 Burn Baby Burn

Ça commence par une panne importante où un solenoid a bien brûlé, ce qui nécessite un remplacement de la pièce. J’en parle sur le forum flipjuke et me décourage (pour l’instant) vu le prix d’un remplacement.

Solenoid brulé, heureusement pas plus de feu que ça…

💿 Logiciels

Coté virtuel j’ai eu un appel du pied de Pinball FX3, qui grâce à Proton de Steam fonctionne enfin sous Linux donnant accès à des flipper virtuels de bonne qualité. Voici ci-dessous un test avec écran en mode portrait et une manette de borne d’arcade montée il y a plusieurs années où j’avais eu l’idée de monter des boutons « type flipper » sur les cotés.

Attack from Mars dans Pinball FX3 avec un joystick d’arcade

Mais le flipper assis c’est juste pas le fun. Let’s build something!

🛠📏 Construction

Y’a un peu de boulot…
Je commence par démonter le bouton existant et comparer avec un bouton d’arcade
Je démonte un bouton d’arcade pour en comprendre le fonctionnement.
Mesurer, réfléchir à la modélisation

🏗️ Modélisation et impression 3D

Comme à chaque début de projet, je me dit « est-ce que ça existe déjà et je peux modifier un modèle existant ? » Je m’en vais fouiller sur thingiverse.

Je trouve les projets potentiels suivants :

Les modèles ne correspondent pas tout à fait, mais il y a des fichiers OpenSCAD que j’imagine pouvoir modifier. Après quelques heures à galérer à comprendre le code d’autres, je me dis que je maîtriserais (et m’amuserais) plus une conception « from scratch ». J’ouvre tinkercad (outil propriétaire en ligne) que j’avais découvert lors d’un MOOC sur la fabrication numérique, et là c’est plus fluide.

Début de modélisation de l’insert du bouton
Quelques versions et impressions plus loin…
Début de modélisation de la partie « switch » du bouton
Version 1 avec les pas de vis
Version 2 avec 3 pièces distinctes
Pièce visée de l’exterieur

Au fur et à mesure des impressions que je lançais pendant le processus de modélisation, je me rendais compte des faiblesses du modèle, ces itérations et aller-retours étaient vraiment sympathique, en mode « prototypage rapide ». La pièce qui s’insère est trop faible en plastique, et reproduire le mécanisme du ressort semble difficile. Je change d’approche: je repars avec une approche conservant le pignon métallique d’origine.

Modèle utilisant la pièce métallique d’origine
Pièce imprimée avec les pièces impliquées dans le montage.
Pièce imprimée en 3D monté dans le flipper

La modélisation est disponible en Creative Commons sur tinkercad.

J’ai pris du plaisir et appris des choses en manipulant tinkercad et en imprimant au fur et à mesure. Malheureusement, au delà du fait que c’est un processus finalement assez long et chronophage, le résultat final ne fonctionne pas très bien. Il reste pas mal de frottements et la partie « switch » ne tiens pas suffisamment bien. Il va falloir réfléchir à une 3ème version. La suite au prochain épisode.

Afficher les commentaires Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.